Le lavoir de Fontenille à Thizy (89) : Haut lieu d'énergie et symbolique de la spirale

 Le bourg de Thizy est construit sur un promontoire qui domine la vallée du serein et offre une jolie vue sur le bourg médiéval de Montréal-en-Bourgogne. C'est en ce lieu que des moines édifièrent, au douzième siècle, une chapelle puis fondèrent, au treizième siècle, un manoir-prieuré. Ce manoir-prieuré évoluera pour devenir un château fort au quatorzième siècle. A  proximité de l'église,  un chemin  mène à un petit bois, connu pour être un ancien site sacré celtique, dans lequel se niche le Lavoir de Fontenille.

La réalisation de ce lavoir remonte au dix-neuvième siècle. L'une de ses façades a été ornée, en 1997, par un imposant bas relief en pierre, œuvre du sculpteur Michel Roetzer, représentant la déesse gauloise Epona. On attribue à cette déesse  le pouvoir d'assurer la fertilité agricole et de guider l'âme des morts vers l'autre monde. Elle est également associée au culte des eaux guérisseuses.

A l'avant de cette façade on observe, posée sur le sol, une sculpture représentant une  spirale

 La spirale unique est l'un des symboles les plus utilisés par la culture celte. On la retrouve notamment sur de nombreux monuments mégalithiques. Elle représente les forces cosmiques en action, la création et l'évolution de l'Univers, les cycles de la vie (naissance, croissance et mort), l’expansion de la conscience, l'énergie. Elle est également associée à l'eau en mouvement.

Le culte des eaux est très ancien. La source est un lieu sacré par excellence, car l'eau est un symbole de la pureté qui amène la guérison.

Les historiens classent les sources sacrées en différentes catégories :les fontaines de divination, les fontaines de protection et celles qui guérissent.

Bien avant les celtes, la spirale figurait  parmi les symboles les plus sacrés des peuples du néolithique. Pour ces peuples elle permettait le contact avec les puissances surnaturelles, marquant ainsi l'emplacement d'un sanctuaire (lieu où s'effectue la rencontre entre le profane et le sacré). A cette époque les sanctuaires se rencontraient dans des lieux naturels : bois sacrés, escarpements, grottes, sources, ... De tels lieux ne sont jamais choisis par l'homme mais sont découverts par lui.

 Les nombreuses interprétations possibles de ce symbole nous interrogent sur la nature et l’histoire de ce lieu.

- Constituait-il un sanctuaire sacré ?

- Son caractère sacré  était-il d'origine naturelle (croisement de deux ou plusieurs réseaux telluriques) ou    a t'il été créé par l'homme ?

- A quand remonte sa découverte ou sa création ?

- Indiquait-il la présence d'un source sacrée ?  Quelle était alors sa fonction ?

- Sommes-nous toujours aujourd'hui en présence d'un haut lieu d'énergie ou d'une source guérisseuse ?

L'étude géobiologique de ce site (géobiologie sacrée) va nous éclairer sur son histoire. Par l'utilisation de la radiesthésie nous allons répondre aux questions posées, mesurer des niveaux vibratoires,  localiser des réseaux telluriques, des failles, des cours d'eau souterrains ; et ce, en s'affranchissant des contraintes spatiales et temporelles. Il est, par exemple, possible de mesurer à distance, sur un plan ou une photo, le taux vibratoire du lieu à une époque donnée, de connaître la date à laquelle le site a été découvert ou la date à la quelle la sculpture de la spirale a été mise en place.

Les résultats de l'étude géobiologique du site du lavoir de Fontenille permettent d'identifier 4 époques marquantes pour ce qui concerne les évolutions du niveau vibratoire du lieu :

   - La découverte du site sacré remonte à 12 000 ans avant J.C, époque qui correspond à celle des groupes nomades de chasseurs-cueilleurs de culture chamanique. Les chamanes pouvaient ressentir les lieux qui rendent possible la communication avec les puissances supérieures invisibles.

Le lieu correspondant au centre actuel de la spirale se situe exactement à la verticale du croisement de 2 réseaux telluriques de haute énergie (traits jaunes sur la photo), de 2 failles (traits marrons) et d'un cours d'eau souterrain (trait bleu).

La mesure de la vibration émanant du lieu donne les résultats suivants :

- mesure du plan vibratoire : vibration très forte (transition  entre le monde mental et le monde spirituel),

-   pas de présence de cheminée cosmo-tellurique de haute énergie.

Cette mesure confirme que l'on était en présence d'un lieu permettant d'atteindre le monde des esprits, probablement utilisé pour demander la protection du clan et la réussite de la chasse.

     - Une élévation sensible du niveau d'énergie du sanctuaire s'est produite vers 2300 ans avant J.C. Cette modification peut s'expliquer par la mise en place d'une pierre levée (menhir) par le peuple des mégalithesPlacée à l'emplacement exact du point de croisement des 2 failles et du cours d'eau souterrain, la pierre levée amplifie le niveau vibratoire du lieu.

La mesure de la vibration émanant du lieu donne les résultats suivants :

- mesure du plan vibratoire : vibration puissante permettant aux initiés (druides) d'accéder au monde spirituel pur

 - présence d'une cheminée cosmo-tellurique de haute énergie.

Le site devait être alors utilisé pour demander protection et guérison aux puissances supérieures.

 

    - Vers 700 avant J.C (civilisation celte), on détecte une baisse du niveau d'énergie du lieu qui retrouve sa valeur originelle (vibration très forte). Cette diminution s'explique probablement par le retrait de la pierre levée et son remplacement  par la sculpture couchée de la spirale.

Un changement des croyances et  pratiques religieuses, tel que le remplacement du culte des mégalithes par celui du culte des eaux (symbolisé par la spirale unique), est probablement à l'origine de cette évolution 

La mesure de la vibration donne les résultats suivants :

- mesure du plan vibratoire : vibration très forte (transition  entre le monde mental et le monde spirituel),

 - disparition de la cheminée cosmo-tellurique de haute énergie.

Le site devait être fréquenté en tant que source guérisseuse.

 

      - Vers 1300 de notre ère se produit une baisse du niveau énergétique du site. 

La mesure de la vibration donne les résultats suivants :

- mesure du plan vibratoire : vibration forte (transition  entre le monde astral et le monde mental).

Cette baisse d'énergie peut s'expliquer par la rupture du réseau sacré reliant le site aux autres sanctuaires de la région (suppression d'un des éléments constitutifs du réseau sacré ?). Bien que ce niveau soit encore élevé, le site tombe probablement dans l'oubli et perd son statut de source guérisseuse.

Le niveau énergétique actuel  est resté identique (vibration forte) à celui qui émanait du site après 1300 de notre ère et il nous est possible de profiter des bienfaits offerts par les vibrations du lieu.

Écrire commentaire

Commentaires: 0